LES 500 INCONNUES DE L’ÈRE HEISEI / Michèle Métail

Du 1er au 24 avril 2022

« Les 500 inconnues de l’ère Heisei »

Gigantexte N° 16

Dans le bouddhisme indien, les 500 disciples, Arhats, qui assistèrent aux sermons du buddha répandirent sa doctrine après son entrée en nirvana. Suivant les pistes caravanières de la route de la Soie, la religion bouddhiste pénétra la Chine dès le début de l’ère commune et gagna le Japon quelques siècles plus tard. Une riche iconographie accompagna cette évolution. À partir du 7° siècle, à l’époque des Tang et de la naissance du Chan / Zen, les 500 arhats (Luohan en chinois) firent l’objet d’un intérêt particulier. Des traductions du sanskrit par le moine chinois Xuanzang (en 654) firent connaître leur nom, leurs pouvoirs surnaturels. En devenant populaires de nombreux temples leurs consacrèrent une salle où ils furent représentés flanqués de leur attribut, sous les formes les plus diverses : statuettes de bois, sculpture en pierre, stèles gravées, peintures murales ou sur soie, fresque en argile peinte. 

Les 500 arhats (Rakan en japonais) conquirent le Japon dès le treizième siècle. Ils y furent également abondamment représentés. Chaque monastère se devait de les honorer. En 1989, première année de l’ère Heisei, au cours d’un voyage au Japon, j’ai découvert près de Kumamoto sur l’île de Kyushu un petit temple perdu dans un coin de campagne à Kimpo zan. Un moine solitaire y avait sculpté dans la pierre une assemblée de 500 Rakan. Il y consacra de nombreuses années de sa vie. Les statuettes, d’un style naïf, parfois à peine dégrossies étaient regroupées à flanc de coteau, sous les arbres. 

Par la suite, au cours d’une dizaine de voyages en Chine, à Taiwan et au Japon, j’ai souvent croisé cette célèbre assemblée sous les formes les plus diverses. J’ai collecté des estampages, des reproductions peintes, des livres détaillant le nom et les qualités de chaque arhat doté d’un numéro d’ordre, le même dans toutes les séries. 

La 28° année de l’ère Heisei (2016) lors d’un nouveau voyage à travers le Japon, j’ai pu voir au Mori Art Museum de Tokyo l’œuvre que consacra Murakami Takashi aux Cinq cents arhats. Dans une peinture de cent mètres de long réalisée en 2012, l’artiste a repris ce thème séculaire dans une éblouissante fresque colorée pleine d’humour et de références historiques, dans laquelle chaque personnage est reconnaissable. 

Durant neuf semaines j’ai parcouru le pays à petite vitesse, en trains régionaux, en autocar, me laissant le temps d’observer. C’est ainsi que m’est venue l’idée de contrebalancer l’image des 500 arhats par des portraits de 500 inconnues. Loin des pouvoirs surnaturels, c’est ici la banalité du quotidien qui l’emporte. 

FICHES SIGNALÉTIQUES – À LA TOISE – NUANCIER

Dans un premier temps, ces portraits furent conçus à la manière de fiches signalétiques, qui indiquent quelques caractéristiques de chacune des personnes brièvement observées. Comme dans un fichier de police, elles ont un format commun, le Genkô-Yôshi, une feuille à 200 cases couramment employées au Japon pour les manuscrits. A raison d’une lettre par case, l’ensemble des 500 textes comptent donc 100 000 signes. La lettre écrite au pinceau et à l’encre de Chine se présente à l’état brut, sans accent, sans cédille, sans apostrophe. Chaque inconnue porte un numéro, tracé au pochoir et colorié au crayon de couleur rouge. L’uniformité de la représentation sous forme de fiche signalétique est ensuite déconstruite par la disposition verticale du texte. 

Dans « À la toise » le texte compact se déploie donc en autant de silhouettes par un mot à mot, un ligne à ligne. Les 200 lettres communes à toutes les fiches signalétiques génèrent des textes dont le nombre de lignes varie selon la longueur des mots employés. La plus petite compte trente lignes et la plus grande cinquante-deux. Le texte centré évoque une silhouette, qui est à chaque fois différente. Le texte est dactylographié en « American Typewriter », rappelant les machines à écrire des commissariats de police. La taille moyenne d’une femme japonaise est de 158,3cm. Le texte est projeté grandeur nature avec pour référence moyenne 41 lignes (taille moyenne de l’ensemble des textes) équivalant à 158 cm de haut. Les 100 000 signes des fiches signalétiques se répartissent en 20 589 lignes

Les textes numérotés ne sont pas classés dans l’ordre du voyage mais par nombre de lignes, si bien que la silhouette d’une fillette pourra apparaître plus grande que celle d’une adulte selon les mots employés, plus les mots sont courts, plus grand est le nombre de lignes. Ce classement par taille ne tient pas compte des effets de saison, entre les bords ensoleillés du Pacifique au Sud et la première neige sur la région de Tokyo. Par ailleurs tous ces textes sont dépourvus de noms de couleurs. Les portraits sont en noir et blanc. 

Sur chaque inconnue, j’ai pourtant relevé quatre couleurs, en référence à un célèbre nuancier publié en 1933 qui présentait l’art de les combiner. Ces 2000 noms de couleurs sont regroupés dans un texte destiné à être diffusé dans l’exposition. L’énoncé de chaque groupe de quatre couleurs est séparé par un coup sur un bol japonais, instrument de percussion utilisé dans les monastères. Nommer les couleurs est aussi un travail de représentation. 

Biographie

Michèle Métail est née en 1950 à Paris. Depuis 1973 elle diffuse la plupart de ses textes au cours de « Publications orales », car « la projection du mot dans l’espace représente le stade ultime de l’écriture». Photos et bandes son accompagnent souvent ces lectures. Une attention particulière est également portée aux supports du texte, notamment avec les longs rouleaux calligraphiés. Dans la série des « Gigantextes », œuvres à exposer, ce sont les relations de contiguïté entre visible et lisible qui sont interrogées. En 1979 elle a fondé l’association Dixit avec Bernard Heidsieck et elle a organisé les Rencontres internationales de poésie sonore. Elle a été membre de l’Oulipo de 1975 à 1998 et a publié près d’une trentaine d’ouvrages. Elle a reçu le Prix du Centre Pompidou pour l’ensemble de son œuvre en 2018.