RiAP 2016

Du 15 au 25 septembre

Toute l’équipe de la RiAP 2016 tient sincèrement à remercier tous ses artistes, ses partenaires, ses bénévoles et ses stagiaires. Merci au public d’avoir été des nôtres en si grand nombre lors des 6 soirées de performances et lors des 2 conférences CÉLAT. Merci d’avoir rehaussé l’événement par votre présence. MERCI!

Merci à tous nos partenaires RiAP 2016 : Conseil des arts et des lettres du Québec, Canada Council for the Arts | Conseil des Arts du Canada, la Ville de Québec, CÉLAT, 阿川行為群 ArTrend Performance Group, National Culture and Arts Foundation (NCAF), Lemay, LithoChic, Belle Gueule, les revues Espace art actuel, esse et Ciel variable, La Biennale de Montréal, Galerie 3, RAIQ – Regroupement des arts interdisciplinaires du Québec, Regart, centre d’artistes en art actuel, L’Écart et La Boîte à Pain.

Commissaire RiAP 2016

Les commissaires de cette édition sont Fernando Aguiar (Portugal), Emilio Tarazona (Pérou), Liping Ting (Taïwan), Helge Meyer et Boris Nieslony (Allemagne), József R. Juhász (Slovaquie), Bruce Barber puis la Galerie Sans Nom (Canada). Au total, la sélection des artistes comprend 24 artistes provenant de 6 pays.

Soirées de performances / semaine 1
15 septembre / Canada


Sophie Bartholomew

Sophia Bartholomew est une artiste établie à Frédéricton, au Nouveau-Brunswick, qui travaille avec la vidéo, le langage et d’autres moyens d’expression abordant la temporalité. Depuis l’obtention de son baccalauréat en arts visuels de l’UBC en 2012, elle a présenté son travail dans des centres d’artistes autogérés et des galeries publiques. Elle a aussi participé à des résidences au Canada et à l’étranger. Elle est née près d’un grand lac et a grandi sur le flanc d’une montagne, mais vit désormais dans une vallée boisée, non loin de l’océan. Elle est l’ancienne directrice adjointe de Connexion ARC.


Mathieu Léger

Mathieu Léger est originaire des Maritimes, dans l’Est du Canada. En tant que grand adepte des résidences d’artistes, Léger a participé à plus de 50 d’entre elles. Il est titulaire d’un baccalauréat en arts (littérature et beaux-arts) de l’Université de Moncton. Son travail explore la nature sauvage, le temps géologique et les activités processuelles du monde naturel. Ses projets érodent le temps, le lieu et l’espace, et sont présentés sous forme de performances, d’écrits, de photographies et d’installations audio et vidéo. Il travaille présentement à l’élaboration d’un projet de performance d’une durée de cinq ans qui examine le caractère physique de la perception spatiale et les conventions cartographiques. Il partage son temps entre des endroits éloignés et Moncton, au Nouveau-Brunswick.


Jacob Perry

Jacob Perry est un artiste interdisciplinaire présentement établi à Halifax, en NouvelleÉcosse.
Pendant qu’il fréquentait l’Université NSCAD, il a fondé la galerie No Offense*, un espace d’activités artistiques autogéré pouvant servir à des projections de films, des workshops, des expositions, des performances et des radiodiffusions. Il a ensuite cofondé la galerie Fallow, une galerie commerciale pour les étudiants et diplômés, située dans une modeste machine distributrice. Perry utilise comme disciplines artistiques le 3D, la gravure, la performance et le design pour analyser les structures
institutionnelles de pouvoir et la masculinité.


Camila Salcedo

Camila Salcedo est une artiste établie à Halifax, en Nouvelle-Écosse. Elle est présentement inscrite en troisième année en art interdisciplinaire à l’Université NSCAD. En 2014, elle a obtenu son diplôme du programme des arts Claude Watson de l’école secondaire Earl Haig à Toronto. Elle s’intéresse à l’art multidisciplinaire, que ce soit la performance, la vidéo, l’installation, le textile, le multimédia, l’imprimé ou l’audio. Son art se concentre sur le féminisme, les stéréotypes des genres, l’activisme politique, l’identité sexuelle et l’identité culturelle des Vénézuélo-Canadiens. Son travail a été présenté à la galerie Anna Leonowens (Halifax), à la galerie Parentheses (Halifax), à la galerie Propeller (Toronto) et au White House Studio Project (Toronto).

16 septembre / Pérou


Carlitauchu

Carlitauchu (fusion de son nom, Carla Montalvo, et du mot quechua uchu qui signifie « chili ») présente des actions performatives en solo et en collectif depuis 2002. Elle est une artiste autodidacte ayant participé à plusieurs workshops en sculpture, en dance et en théâtre. De plus, elle a travaillé à la conception de décors, de maquillages artistiques et de vêtements pour des événements culturels. La spontanéité et le destin l’ont amenée à faire de la performance. Ses projets personnels sont orientés vers la découverte de la sexualité de la femme et les médias de masse en tant que système normatif qui conçoit le corps féminin comme hypersexualisé, prédéfinissant ainsi cette relation imposée en fonction de certains idéaux de beauté. En tant que performeure, elle a pris part à divers festivals et rencontres de performance, à Lima comme dans d’autres villes péruviennes.


Anaza Izquierdo

Anaze Izquierdo (Ana Carolina Izquierdo) est une artiste péruvienne intergenre en arts visuels, une performeure activiste et une organisatrice qui est née et a grandi à Lima. Elle est la fondatrice d’Encuentro: Espacio abierto a libre performance, un festival international de performance à Lima, et de Dinámicas de Intercambio, qui présente des débats ouverts et des conférences sur l’art performance et la sémantique. Izquierdo est aussi membre de Rastro, une plateforme sur l’artivisme en milieu public qui porte sur la mémoire politique au Pérou. Elle termine présentement sa formation en théâtre politique avec le Théâtre des oppressés, afin de concevoir et de créer un programme parascolaire dans les écoles publiques de Brooklyn.


Frido Martin

Frido Martin (Marco Antonio Martín Young Rabines) est né en 1963 à Lima. Après avoir terminé ses études secondaires en 1980 au collège San Andrés, il a étudié la linguistique et la littérature à l’Université pontificale catholique du Pérou (PUCP). Pendant cette période, il a collaboré avec deux collectifs péruviens importants : Kloaka, un groupe de poètes qui a fait évolué la poésie au Pérou, et Grupo Chaclacayo, un collectif d’artistes en arts visuels qui a perturbé la scène des arts péruvienne durant cette décennie. Martín a terminé ses études en linguistique à l’Université nationale principale de San Marcos en 1996. En 2003, il a publié son premier recueil de poèmes, Naufragios. Il a commencé quelques années plus tard à s’intéresser à la poésie phonétique et à la poésie de performance, qui sont aujourd’hui les modes d’expression principaux de son art.


Janine Soenens

Janine Soenens a étudié les arts à l’Université catholique pontificale du Pérou. En 2001, elle a immigré en France et a fréquenté l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, où elle a obtenu son diplôme en 2006. Pendant ses études à l’ENSBA, elle a passé deux ans à Berlin pour étudier les arts et le cinéma expérimental dans le cadre d’un échange étudiant à l’Université des arts de Berlin. Parmi ses expositions solos, on retrouve L’invariable enthousiasme de Sisyphe (2008), Va et viens (2009), Le thème du traitre et du héros (2012) et Nouveau système solaire (2014). Elle a aussi participé à des spectacles collectifs et à des résidences d’artistes un peu partout : Berlin, Biarritz, Bogota, Buenos Aires, Cusco, Détroit, Lima, Mumbai, Paris, São Paulo et San Francisco. En 2011, elle a publié Para-Iso (ATA/CCELima). Elle enseigne actuellement des ateliers de niveau supérieur à l’École des arts visuels Corriente Alterna à Lima et est représentée par la galerie Document-Art à Buenos Aires.

17 septembre / Taïwan


Yves Chun-Ta Chiu

Yves Chun-ta Chiu a suivi le programme de doctorat en création artistique et théorie de l’art à l’Université nationale des arts de Tainan, à Taïwan. Il s’intéresse à l’art contemporain, au commissariat et à l’esthétique. Il a été récompensé par la Fondation culturelle S-An en 2009. En 2008, il a délaissé la tour d’ivoire de la philosophie pour se tourner vers l’art contemporain, auquel il contribue activement depuis. Bien qu’il ait été très inspiré par les philosophes, les théoriciens de l’art et les maîtres occidentaux, il croit que les idées présentées par les érudits et chercheurs de sa propre culture sont également importantes. Il est commissaire, chercheur, critique d’art et rédacteur en chef de l’Act Art Quarterly Review.


Liping ting

Liping Ting a vécu et travaillé à Paris pendant de nombreuses années après y avoir terminé ses études supérieures. Elle est ensuite retournée à Taïwan en 2012. Ses oeuvres combinent diverses sources culturelles telles que l’art, la littérature, le théâtre, la musique et la philosophie. Elle puise ses influences du travail de John Cage, de Samuel Beckett et du poète-philosophe chinois Zhuang-Zi. Ting est une artiste interdisciplinaire qui produit des oeuvres vidéo, des installations et des performances. Entre 1998 et 2004 à Paris, elle a coorganisé Topophonie, un ensemble d’expérimentations sonores et de performances présentées dans des lieux publics, In-Formo, une revue interdisciplinaire en direct qui a duré de 2002 à 2006, et Ça vaut jamais le réel, le festival d’In-Ouïr au Instants Chavirés, de 2004 à 2008.


Wuma Watan

Né en 1958, Wuma Watan est membre de la tribu des Atayal à Jianshi, dans le comté taïwanais de Hsinchu. Il est présentement le directeur artistique du studio Waterfield. Depuis la présentation de sa performance No Photography en 2004, Wuma a été très actif, présentant son travail dans de nombreux festivals et événements partout dans le monde : le NIPAF (2004, 2006, 2014), le TIPAF (2005, 2014), le Festival international d’art performance d’Irlande et d’Irlande du Nord (2005), le 4e Festival des arts vivants DaDao à Beijing (2006), le Festival d’art conceptuel à Shanghai (2006), le Festival asiatique d’art corporel à Shanghai (2008), le 2e festival international d’art performance ArTrend à Taipei, Taïtung et Kaohsiung (2009), le Festival d’art de Totatoga à Busan (2010), le 6e Festival international d’art performance des Philippines (2011) et le Festival des arts de Da Wang Culture Highland à Shenzhen (2011), pour n’en nommer que quelques-uns.


Tzu-Chi Yeh

Tzu-Chi Yeh est performeure, organisatrice et écrivaine. Elle est née et a grandi à Taipei, mais habite aujourd’hui à Tainan, Taïwan. Elle a obtenu une majeure en littérature occidentale et était rédactrice en chef, chargée de cours d’anglais à plein temps au collège ainsi que traductrice et rédactrice pigiste avant de se tourner vers l’art performance en 2002. Elle a participé à nombre d’événements et de festivals internationaux de performance à Taïwan, au Japon, en Corée du Sud, aux Philippines, en Chine, au Myanmar, en Thaïlande, en Indonésie, en Pologne, en Slovaquie, en Hongrie, en Finlande, en Israël et aux États-Unis. Elle a fondé l’ArTrend Performance Group (artrendperfogrup.blogspot.com) en 2003 et a organisé différents événements locaux et internationaux. Parmi ces derniers, notons le Taiwan-Asia Performance Art Meeting (2004), On the Way: ArTrend International Performance Art Meeting (2009) et Mind & Sea: ArTrend International Performance Art Festival (2014).

Soirées de performances / semaine 2
22 septembre / Portugal


Antonio Azenha

Né en Angola en 1964, António Azenha est bachelier en technologie des arts de l’École universitaire des arts de Coimbra (EUAC). Il enseigne présentement à l’école secondaire Infanta Maria (Coimbra), est maître en esthétique des communications à l’EUAC et est directeur de l’association ARCA/EUAC. Azenha a été le directeur artistique de l’événement Fimagem à Figueira da Foz en 1995 et a organisé différents événements tels que la Route of Art (2005, 2006, 2007) et le festival international d’art performance Line Up Action (2010, 2011, 2012, 2013). Il a aussi travaillé comme décorateur de théâtre pour le projet Gil Vicente in Schools organisé par la CoimbraCapital of Culture en 2003.


Marta Bernardes

Marta Bernardes est née en 1983 à Porto. Elle détient une majeure en arts (peinture et sculpture) de la Faculté des beaux-arts de l’Université de Porto, où elle a aussi enseigné de 2010 à 2012. Elle a approfondi ses études en arts visuels et multimédias à l’ENSBA de Paris et a achevé en 2008 une maîtrise en psychanalyse et philosophie de la culture à la Faculté de philosophie de l’Université complutense de Madrid. Elletravaille présentement à une thèse de doctorat en philosophie avancée à la même institution. Elle a fait partie du conseil d’administration pour le secteur pédagogique du Musée d’art abstrait espagnol à Cuenca, en Espagne, en plus d’être membre du comité de coordination de la Fondation Juan March à Madrid. Elle a présenté son travail publiquement en collaboration ou en solo à de nombreuses reprises depuis 2005 en tant que musicienne, performeure et artiste.

Alexandre A. R. Costa

Alexandre A. R. Costa est né en 1973 à Braga, mais a toujours vécu à Porto, au Portugal. Il est diplômé en beaux-arts avec une majeure en sculpture de l’Université de Porto et a aussi terminé une maîtrise en arts à Londres. Il complète présentement un doctorat en théorie et pratique de l’art contemporain en Espagne, avec une bourse d’études de la FCT (fondation portugaise pour la science et la technologie). Depuis 2002, il a été professeur en enseignement supérieur (niveaux universitaire et polytechnique), ce qui lui a valu le titre de « spécialiste » des beaux-arts et de la gestion des arts en 2015.Depuis la fin des années quatre-vingt-dix, il s’exprime par la vidéo, la photographie, le dessin, la performance, l’installation et la sculpture. Il a présenté son travail au Portugal, en France, en Espagne, aux États-Unis, en Allemagne et dans d’autres pays. Il a aussi été commissaire de nombreuses expositions.


Andrea Inocêncio

Andrea Inocêncio est née en 1977 à Coimbra, au Portugal. Elle détient une maîtrise en scénographie et en architecture du TAI (École supérieure des arts du spectacle de Madrid, 2001) et un diplôme en peinture de l’EUAC (École universitaire des arts de Coimbra, 2000). Elle a été professeure adjointe en arts visuels à l’ESEC (Institut polytechnique de Coimbra, de 2010 à 2012). Inocêncio a aussi exposé et performéindividuellement et en groupe depuis 1996, et sa pratique artistique s’étend de la photographie à la conception de costumes, en passant par la performance et l’installation. Elle élabore des projets de collaboration artistique avec des artistes portugais et internationaux aux disciplines très variées. Elle est également l’une des fondatrices de Malparidas.

23 septembre / Allemagne


Christiane Obermayr

Christiane Obermayr vit et travaille à Cologne, en Allemagne. Après avoir terminé ses études en danse et en massothérapie, elle a étudié les beaux-arts en se concentrant sur l’art performance et le cinéma au Collège des beaux-arts de Brunswick. En 2002, elle a fondé le groupe de performance ernstSepia, grâce auquel elle a collaboréde façon multidisciplinaire avec de nombreux artistes jusqu’en 2009. Depuis 2010, elle a travaillé avec différents regroupements et comme artiste solo. Son travail découle de ses observations sur les objets du quotidien qu’elle présente dans un contexte différent. Ses actions gravitent autour du toucher et de la connexion aux autres, cherchant l’essence de la solidarité humaine, de la nostalgie quotidienne et de l’ambivalence.


Felix Roadkill

Felix Roadkill est un artiste interdisciplinaire et un étudiant universitaire de Berlin qui est né en 1989 et a grandi en Allemagne de l’Est. Depuis ses études avec l’artiste de performance Helge Meyer, son approche artistique et ses thèmes de recherche reposent sur la qualité performative de la douleur. Il ressent la nécessité impérieuse de transformer les affaires courantes d’actes de violence, de mépris et de meurtres sans pitié en représentations artistiques afin de défier l’ignorance collective et de surmonter le traumatisme commun. Roadkill désire communiquer des idées douloureuses à son public par des situations douloureuses. Il a montré ses performances dans divers festivals de théâtre et de performance ainsi qu’au cours d’événements en galerie en Europe et en Afrique du Nord. À la RiAP, il présentera son travail pour la première fois outremer.


Evamaria Schaller

Née en 1980 à Graz, en Autriche, Evamaria Schaller vit et travaille à Cologne. Elle a étudié en cinéma à Salzbourg et à Prague (2006), et a obtenu en 2011 un diplôme universitaire d’études supérieures en art performance et cinéma expérimental à l’Académie des arts et médias de Cologne. Son travail oscille entre la performance, le cinéma et l’installation. Il a été présenté, entre autres, en Autriche, en Allemagne, en Suisse, aux Pays-Bas, en Belgique, en Birmanie, en Thaïlande, aux Philippines, au Royaume-Uni et en Chine. Schaller s’intéresse aux interactions et aux conditions spécifiques à un site. Elle traite de l’environnement social et des espaces liminaux qu’elle explore avec son corps au moyen d’actions claires et simples.


Stephan Us

Stephan US, né en 1966, vit en Allemagne et travaille comme artiste, commissaire et conférencier à l’Université de Kassel. Depuis 1994, il a réalisé plus de 290 performances partout dans le monde et a reçu de nombreux prix et bourses d’études tels que la résidence d’artistes de la Rhénanie du Nord-Westphalie (Finlande et Istanbul). Depuis 2001, US travaille intensément sur le paradoxe du néant et ses domaines connexes privilégiant la performance, l’installation, l’intervention et les projets collaboratifs. En 2006, il a ouvert les Archives du rien, qui comptent aujourd’hui plus de 2900 objets liés à ce thème et qui continuent à se remplir de vide. En 2016, US cherche le néant et le vide quotidiennement avec 366 autotests, performances et interventions, tentant de faire de ce néant, de cet entredeux, de cette expérience indicible, une expérience connue et corporelle – succès et échec compris.

24 septembre / Slovaquie


József R. Juhász

József R. Juhász, né en 1963 en Slovaquie, est un artiste de la performance, un poète et un organisateur. Directeur du festival d’art performance Transart Communication depuis 1988, il en a organisé 24 éditions. De 1987 à 2007, il a dirigé le Studio erté (compagnie organisatrice internationale d’art multimédia), une organisation qu’il a cofondée avec Nové Zámky dans le but de soutenir la performance et l’art multimédia. En 2000, il a cofondé K2IC, centre Kassák pour la créativité en intermédia. En tant qu’artiste, il a réalisé des centaines de performances à l’échelle internationale, a tenu plusieurs ateliers d’art performance partout dans le monde et a publié six livres de poésie expérimentale.


Martin Piaček

Martin Piaček vit à Rajka (Hongrie) et travaille à Bratislava (Slovaquie). Il est artiste visuel, sculpteur, commissaire, organisateur, professeur à l’Académie des beaux-arts de Bratislava et membre fondateur de la galerie Hit (galeriahit.com). Il est aussi à la tête de Public Pedestal (verejnypodstavec.com), une association civile pour les arts visuels contemporains dans les espaces publics, et est lui-même impliqué dans la politique locale et les initiatives citoyennes, dont le projet Culburb (culburb.eu).


Gabriela Zigova

Gabriela Zigova, née en 1989, a obtenu en 2015 un diplôme de l’Open Studio de l’Atelier d’Ilona Németh à l’Académie des beaux-arts et du design de Bratislava, en Slovaquie. Pendant ses études, elle a décroché deux bourses, une à la Faculté des arts de l’Université des technologies Brno (République tchèque) et l’autre à l’Académie des beaux-arts de Vienne (Autriche). Elle travaille présentement comme adjointe de programmes et coordonnatrice d’événements dans un cinéma à but non lucratif géré par des bénévoles à Londres (Royaume-Uni). Elle a participé à des expositions à Bratislava, à Prague et à Londres. Depuis 2013, elle a organisé plusieurs projets de commissariat. Son principal mode d’expression combine la photographie, la performance et l’installation interactive
conçue en fonction du lieu utilisé.


Zuzana Žabková

Née en Slovaquie, Zuzana Žabková est une artiste, danseuse et chorégraphe établie en Allemagne et travaillant en performance, en vidéo et en installation. Elle est boursière 2016 du programme danceWeb à l’ImPulsTanz de Vienne sous le mentorat de Tino Sehgal, lauréate 2016 de la résidence d’artistes de la Triangle Arts Association à New York et boursière 2015 de la Fondation ERSTE à l’Académie d’été des beaux-arts de Salzbourg, en Autriche. Elle a aussi participé aux résidences d’artistes de la Meetfactory à Prague, en République tchèque (2014), de la Regular Line Santa Cruz, en Californie (2013), de l’Art Quarter Budapest, en Hongrie (2012), et du Halle 14 à Leipzig, en Allemagne. Elle a gagné un Essl Art Award pour la Slovaquie (2013) dans la catégorie Invitations spéciales VIG et a été nominée pour le prix Oskăr Čepan du YVAA (2013). Elle détient une maîtrise en intermédia et multimédia de l’Académie des beaux-arts et du design de Bratislava (2012) et un baccalauréat en chorégraphie de l’Académie des arts du spectacle de Bratislava (2013). Elle termine présentement une maîtrise en chorégraphie et performance à l’Institut d’études théâtrales appliquées à Giessen, en Allemagne, sous le mentorat de la philosophe Bojana Kunst. uzanazabkova.blogspot.com

Conférence CÉLAT

Le Lieu, centre en art actuel, en collaboration avec le CÉLAT (Centre inter-universitaire d’études sur les arts, les lettres et les traditions), aura le plaisir de présenter deux conférences qui visent à offrir un complément théorique aux actions artistiques proposées par la 19e édition de la RiAP.

Quelle est la situation de la performance, et plus largement, de l’art dans chacun des pays invités à la RiAP? Comment s’organisent les artistes? De quelle façon les contextes politiques interfèrent avec les initiatives artistiques? Ce seront autant de sujets abordés lors de ces conférences, animées par Constanza Camelo Suarez et Michaël La Chance.

Les conférences CÉLAT auront lieu les dimanches 18 et 25 septembre à 13 h au Lieu, centre en art actuel et sont gratuites et ouvertes à tous.

Crédits d’organisation

Direction artistique / Artistic direction : Richard Martel
Coordination : Frédérique Hamelin
Communications et médias sociaux / Communications and social media : Patrick Dubé
Graphisme / Graphic design : Chantal Gaudreault
Administration : Geneviève Roy
Édition / Editor : Geneviève Fortin
Publicité / Advertising : Jean-Michel René
Régie / Stage management : Henri Louis Chalem
Relations de presse / Press relations : Communications Sira-ba (Marie-Ève Charlebois)
Photographie / Photography : Manoushka Larouche
Correction : Gina Bluteau
Traduction / Translation : Jane Ehrhardt, Geneviève Hamelin
Vidéo / Video : Jean-François Dugas
Stagiaires / Trainee: Evelyne Bouchard, Diego Pena-Abrego, Mai Nguyen
Collaboration à la sélection / Collaborators in the selection process
Allemagne / Germany : Helge Meyer, Boris Nieslony
Canada : Bruce Barber, Galerie Sans Nom
Pérou / Peru : Emilio Tarazona
Portugal : Fernando Aguiar
Slovaquie / Slovakia : József R. Juhász
Taïwan / Taiwan : Liping Ting

Codiffuseurs RiAP 2016

La « RiAP en circulation » est une stratégie audacieuse et avantageuse à la fois pour le festival, pour les artistes invités et pour les organismes partenaires. Tandis que la RiAP bénéficie d’une diffusion à l’échelle québécoise, les artistes ont l’opportunité de saisir,
d’expérimenter et de tester l’identité et le terrain québécois tout en maximisant leur rayonnement. Ce volet se veut également une stratégie dynamique pour les codiffuseurs de l’événement d’élargir et de varier leur programmation régulière, tout en permettant à des artistes locaux de présenter leur travail dans des événements mixtes favorisant l’échange et la rencontre des idées. La RiAP, que ce soit à Québec ou en régions, a toujours sut se présenter comme une occasion de créer des liens et de laquelle bon nombre de collaborations et de partenariats ont vu le jour.

Pour cette nouvelle édition, la RiAP 2016 fera également circuler les artistes invités. Huit centres d’artistes et organismes culturels de Rouyn-Noranda à Chicoutimi, en passant par Trois-Rivières et Montréal, ont acceptés de nous accompagner dans l’aventure et recevront les artistes de la RiAP entre le 14 et 28 septembre. Ces organismes sont : Atelier Silex (Trois-Rivières), L’Écart (Rouyn-Noranda), Atoll (Victoriaville), Langage Plus (Alma), Le Lobe (Chicoutimi), Sporobole (Sherbrooke), Centre Clark et VIVA ! Art Action (Montréal).